Publications Récentes

 

2 decembre 2007       10 janvier 2008      15 mars 2008      23 mai 2008   17 juillet 2009     Octobre 2009     13 Octobre 2010   28 mars 2012    17 décembre 2014


17 décembre 2014 :

J.P.Petit and G.D’Agostini : Negative mass hypothesis and the nature of dark energy. Astrophysics and Space Science (2014) 354 : 611-615 20 sept 2014 DOI 10.1007/s10509-014-2106-5 Lien-article et Lien-site

Abstract :
The observed acceleration of the universe arises a puzzling question. What is the nature of a dark energy that would cause this phenomenon ?  We recall the arguments against the existence of negative matter on General Relativity grounds. They vanish if the universe is considered as a manifold M4 associated to two coupled metrics, solutions of a coupled field equation system. We build a non-steady solution where the positive species accelerates while the negative one decelerates. So that dark energy is replaced by (dominant) negative matter action.


J.P.Petit and G.D’Agostini : Cosmological bimetric model with interacting positive and negative masses and two different speeds of light in agreement with the observed acceleration of_the Universe. Modern Physics Letters A. Modern Physics Letters A Vol. 29, No. 34 (24 oct. 2014) 1450182 (15 pages) DOI: 10.1142/S021773231450182X Lien-article et Lien-site

Abstract :

An extension of a previously published model of bimetric universe is presented, where the speeds of light associated to positive and negative mass species are different. As presented earlier, the dissimetry of the model explains the acceleration of the positive species, while the negative one slows down. Dissymetry affects scale factors linked to lenghts, times and speeds of light, so that if craft’s mass inversion could be achievied interstellar travels could become non-impossible, at a velocity less that the speed of light corresponding to the negative sector, possibly much higher than the one of the positive sector.

______________________________________________________

Traduction :

Premier papier : J.P.Petit et Gilles d'Agostini : Modèle cosmologique bimétrique avec interaction entre des masses positives et des masses négatives, ces deux entités étant associées à deux vitesses de la lumière différentes. Modèle en accord avec l'observation de l'accélération cosmique.

Abstract :

Le fait qu'on ait observé un phénomène d'accélération de l'univers reste une question embarrassante (cette découverte a été récompensée par un prix Nobel en 2011). Quelle pourrait être la nature de cette "énergie noire" qui serait censée être le moteur de cette accélération ? On commence par rappeler les arguments, issus de la Relativité Générale, qui militent contre n'existence de masses négatives dans l'univers. Ces arguments tombent si on opte de considérer l'univers comme une variété (Manifold) M4, à quatre dimensions, dotée de deux métriques, qui sont solutions d'un système de deux équations de champ couplées. On construit une solution exacte, instationnaire, de ce système en montrant que les espèces de masse positive (nous) accélèrent, alors que les espèces de masse négative décélèrent. Ainsi l'effet "d'énergie noire" est-il remplacé par celui de l'action (dominante) de masse négative.

______________________________________________________

Second papier : J.P.Petit et Gilles d'Agostini : L'hypothèse de la masse négative et la nature de l'énergie noire. Astrophysics and Space Science, 20 septembre 2014.

Abstract :

Ceci est une extension de l'article précédent, qui se référait à une description bimétrique de l'univers, mais où on associe aux espèces de masses positives et négatives des vitesses de la lumière différentes. Comme cela avait été présenté dans l'article précédent, ce modèle explique l'accélération observée, concernant les masses positives. On retrouve son corollaire : les entités de masse négative décélèrent. Cette dissymétrie affectenon seulement les limitations à une vitesse luminique, mais auss les facteurs d'échelle (distances ) et l'écoulement du temps. Ceci suggère une possible technologie où des voyages interstellaires pourraient être envisagés en inversant la masse d'un véhicule, ce qui lui permettrait d'évoluer, "sous cet aspect", à une vitesse sub-luminique plus importante, puisque la vitesse de la lumière, limitant celle des particules de masse négative, se trouve être plus élevée.

 


Confirmation de ma participation au colloque de Physique mathématique de Prague, 2-7 septembre 2013. Pour avoir accès à l'abstract et au pdf de la communication. Lien .


6 août 2013 : Confirmation de ma participation au colloque de Physique mathématique de Prague, 2-7 septembre 2013. Pour avoir accès à l'abstract et au pdf de la communication. Lien .

Nous présenterons également nos derniers résultats expériementaux au colloque international de physique des plasma qui se tiendra au Princeton Plasma Laboratory (USA) en octobre 2013


Donné trois séminaires à 'Institut de Mathématiques de l'université de Toulouse Mirail. Thème : "Développement du modèle cosmologique à constantes variables". Lien1, Lien2


5-6 décembre 2012 : Donné trois séminaires à 'Institut de Mathématiques de l'université de Toulouse Mirail. Thème : "Développement du modèle cosmologique à constantes variables". Lien1, Lien2


1 - Bigravity as an interpretation of cosmic acceleration   J.P.Petit & G. D'Agostini. Colloque international sur le Techniques Variationnelles, le Mont Dore, août 2007. 14 pages

            Référence arXiv :     http://arxiv.org/abs/0712.0067     du 2 décembre 2007 ( mathematical physics ). Pour télécharger le pdf.      Version française

Abstract:

A bimetric description of the Universe is proposed, which may explain the cosmic acceleration deduced from optically observed high-redshift  supernovae. This phenomenon is classically charged to a mysterious repulsive "dark energy" whose true nature remains unknown. It is identified in the present model with a set of particles having negative mass and energy. These negative mass particles are emitting negative energy photons, hence they are not observable using optical instruments.

 


2 - Bigravity : A bimetric model of the Universe. Exact nonlinear solutions. Positive and negative gravitational lensings.    J.P.Petit & G. D'Agostini.
Colloque international sur le Techniques Variationnelles, le Mont Dore, août 2007. 19 pages

            Référence arXiv :     http://arxiv.org/abs/0801.1477     du 10 janvier 2008 ( mathematical physics ) . Pour télécharger le pdf.      Version française

Abstract:

After a short summary of our bimetric model of the Universe, an exact nonlinear solution is built, which demonstrates the existence of solutions for our two coupled field equations system. In addition to the classical positive gravitational lensing, this solution is shown to also lead to negative gravitational lensing, a phenomenon previously described in 1995 (Astrophysics and Space Science). Such negative lensing provides an alternative interpretation for the observed faint magnitudes of high redshift galaxies, so far considered as dwarf galaxies.

 


3 - Bigravity : A bimetric model of the Universe with variable constants, including variable speed of light.    J.P.Petit & G. D'Agostini.
Colloque international sur le Techniques Variationnelles, le Mont Dore, août 2007. 17 pages

            Référence arXiv :    http://arxiv.org/abs/0803.1362     du 15 mars 2008 ( mathematical physics ) . Pour télécharger le pdf.      Version française

Abstract:

The universe, far from being homogenous, expands in large empty bubbles of large-scale structure, but not in mass concentrations like galaxies, so that the Robertson-Walker solution does not fit. We suggest that a symmetry breaking occurred in a distant past, during the radiation-dominated era. Before, the three-dimensional hypersurface was invariant under the action of O(3) and the Robertson-Walker solution could be used. But this obliges the so called constants of physics, length and time scale factors, to be involved through a generalized gauge process, which is thus built. The subsequent variation of the speed of light solves the horizon problem, while the Planck barrier disappears.

 

 


4 - Five-dimensional bigravity. New topological description of the Universe. J.P.Petit & G. D'Agostini

         Référence arXiv : http://arxiv.org/abs/0805.1423  9 Mai 2008 ( mathematical Physics ) Pour télécharger le pdf

Abstract :

We extend the bimetric description of the Universe to a five-dimensional framework. Starting from Souriau’s work (1964) we use Robertson-Walker metrics, with an extra term corresponding to the additional Kaluza dimension. This first order model is limited to zero densities of electric charge and electromagnetic energy. Assuming that the massive particles, with positive or negative mass and energies have finite lifetimes, it restores the O(3) symmetry and makes the generalized gauge process to restart. As a consequence the speed of light tends to zero.
We assume the Universe to be closed in all its dimensions. Then, following an idea introduced in 1994 we describe the Universe as the two folds cover of a projective space. The inversion of the arrow of time, mass and energy is a consequence of this geometrical hypothesis and fits the bimetric model. We choose to eliminate the “initial singularity” replaced by a boundary space, which is found to be Euclidean.

On étend la description bimétrique de l'univers dans un contexte pentadimensionel, ce qui équivaut à doter les particules de charges électriques. On part du travail fait par Souriau en 1964 dans son ouvrage Géométrie et Relativité ( en français, sur son site internet ). On utilise deux métriques de Robertson-Walker dotées d'un terme supplémentaire correspondant à la cinquième dimension de Kaluza, du genre espace. On se limite à une solution à l'ordre zéro où les densités de charge électrique et d'énergie électromagnétique sont nulles ( de même que la solution de Robertson Walker est tout aussi réductrice puisqu'elle suppose que l'univers est homogène, ce qui est loin de traduire la réalité.

On étend bien sûr ce modèle dans le champ des "constantes variables", comme cela avait été fait dans l'article précédent, en invoquant une rupture de la symétrie O(3) se situant dans la phase radiative. Mais, si cette fois on suppose que les particules ontdes durées de vie finies, même si celles-ci sont très grandes, l'univers, dans son futur lointain, retrouve cette symétrie O(3) et sa dynamique " à constantes variables ", correspondant à un phénomène de " jauge généralisé ", impliquant les constantes de la physique et les facteures d'échelle d'espace et de temps. Si, dans un lointain passé cette envolée des constantes de la physique nous amène vers un état où la vitesse de la lumière tend vers l'infini, à l'autre bout celle-ci tend vers zéro.

On envisage alors de décrire l'univers comme le revêtement à deux feuillets d'un hypertore, ce qui élimine par exemple " la singularité initiale ", remplacée par " un état très dense, avec une vitesse de la lumière très élevée ". Cette description topologique est une façon de négocier " le problème de l'origine " et ... " le problème de la fin ". L'univers n'a alors ... ni début ni fin. Ces mots " début " et " fin " ne sont que des conséquences de sa configuration topologique.

On s'intéresse alors à la géométrie des espaces-frontières, ou " espace-limites " qui raccordent les deux hypersurface pentadimensionnelles et qui sont alors des hypersurfaces quadridimensionnelles. On remarque que celles-ci ont des métriques euclidiennes correspondant à des longueurs imaginaires pures ( des " temps imaginaires purs ? " )


Trois publications de MHD dans la revue à comité de lecture Acta Physica Polonica

Voir

http://www.ufo-science.com/fr/news/index.html#20090717

 


Octobre 2009 : une communication de 19 pages au colloque international de Brème ( Allemagne ) consacré au vol hypersonique, congrès où je me suis rendu en .. fauteuil roulant ( il fallait que je sois présent pour que le papier soit publié ).

Ma communication au colloque de Brème, octobre 2009

En principe mon exposé de 30 minutes devait être filmé, pour mise en ligne sur Dailymotion. Mais, inutile d'attendre cela. L'olibrius qui m'accompagnait a tout foiré par impréparation, négligence et incompétence. Ce qu'on a ramené et inexploitable. Dommage pour mes lecteurs.

 


13 Octobre 2010 : Une communication orale au colloque international de MHD de Corée, sur le confineme,y pariétal d'un plasma à la paroi d'un aérodyne discoïdal, par inversion du gradient de champ magnétique. Résultats expérimentaux obtenus en août 2010 sur notre banc d'expérimentation MHD en régime d'effet Hall fort ( basse densité )

Notre communication au Colloque International de MHD de Corée, Octobre 2010

Le powerpoint correspondant à cette présentation orale

Date : Sat, 28 Jan 2012 15:17:17 +0100

De Acta Physica Polonica <appol@ifpan.edu.pl>

Pour : Lambda Laboratory <contact@lambda-laboratory.fr>

Dear Authors,
I have the pleasure to inform you that your paper

Wall confinement technique by magnetic gradient inversion

J.P. PETIT * and J. C. DORE

was accepted for publication in Acta Physica Polonica A,

Kind regards,
Prof. Witold Dobrowolski
Editor

Acta Physica Polonica A
Institute of Physics
Polish Academy of Sciences
Al. Lotnikow 32/46
02-668 Warszawa
Poland

La publication finale, 25 mars 2012, dans Acta Physica Polonica

http://przyrbwn.icm.edu.pl/APP/PDF/121/a121z3p08.pdf

 


Nouveautés             Guide ( Index )           Page d'Accueil