Interview donné par Donald Rumsfeld
le 12 octobre 2001 au quotidien américain Parade

Mis en ligne le 27 septembre 2005

On sait qu'il existe une interview donné par Donald Rumsfled, un mois après les évènements du 11 septembre 2001, où celui-ci parle excplicitement d'un missile. Pour sauter directement à ce passage. Sinon, voici l'intégrale de cette interview, traduite par monsieur Makaligooa.

Pour consulter le document original du Pentagone, en anglais. 500 K en pdf. Le passage-clé est surligné en jaune. A titre indicatif, aucun média n'a voulu répercuter cette information, signalée par plusieurs lecteurs à des organes de presse écrite. Le rapport de la commission US sur le 911 n'en fait pas non plus état.

Ce document est toujours en ligne, d'ailleurs :

mais depuis quatre ans aucun journaliste n'a porté attention à son contenu !

Transmis par M. Makalogooa

Source : le site du DOD ( Département le la Défense américain )

Donald Rumsfeld : "Un missile a frappé le Pentagone"

Le texte ci-dessous est le script brut de l'interview qu'a accordé le secrétaire à la défense des Etats-Unis, M. Donald Rumsfeld à un périodique américain. Dans cette interview datée du vendredi 12 octobre 2001, c'est à dire un mois après les frappes sur New York et le Pentagone, le ministre dit clairement que c'est un missile qui a frappé le Pentagone. Pour permettre le contrôle de la traduction par des anglicistes j'ai joint le texte en anglais, écrit et publié sur le site de Parade Magazine. la traduction que je propose est en caractères gras .
Je me suis permis de marquer en rouge les passages qui me paraissent les plus significatifs: C'est un quidam quelconque qui annonce à Rumsfeld qu'un avion a frappé le bâtiment, sans préciser le type d'avion. C'est Rumsfeld lui-même qui annonce à la presse que si des avions ont frappé le WTC, c'est un missile qui a frappé le Pentagone.
Presenter: Secretary of Defense Donald H. Rumsfeld \tab Friday, Oct. 12, 2001
Secretary Rumsfeld Interview with Parade Magazine
(Interview with Lyric Wallwork Winik, Parade Magazine)

Q: Let me start by asking you, most of us are programmed to leave a building with smoke. What made you go towards the fire here a little over a month ago, and what was going through your mind?

Rumsfeld: Well, I was sitting here and the building was struck, and you could feel the impact of it very clearly, and I don't know what made me do anything I did, to be honest with you. I just do it instinctive. I looked out the window, saw nothing here, and then went down the hall until the smoke was too bad, then to a stairwell down and went outside and saw what had happened. Asked a person who'd seen it, and he told me that a plane had flown into it. I had been aware of a plane going into the World Trade Center, and I saw people on the grass, and we just, we tried to put them in stretchers and then move them out across the grass towards the road and lifted them over a jersey wall so the people on that side could stick them into the ambulances. I was out there for a while, and then people started gathering, and we were able to get other people to do that, to hold IVs for people. There were people lying on the grass with clothes blown off and burns all over them. Then at some moment I decided I should be in here figuring out what to do, because your brain begins to connect things, and there were enough people there to worry about that. I came back in here, came into this office. There was smoke in here by then. We made a judgment about where people should be. The chairman was out of town, so he was separate. The vice chairman was with me. We had my deputy go out to another site. At a certain point it got too bad and we went into a room about 30 yards away here inthis building, in the same general area but back that way that is sealable. But as it turns out it wasn't sealable for smoke and so forth. We worked in there, and we kept being told the building had to be evacuated completely except for the people that were in that group that were assisting me, and they kept saying you should get out of here because these people have to stay if you're here, as I recall. I said fine, we'll do that at the appropriate time. They were able to get enough of the fire out and then move some air out that the increasing smoke stopped. It did not disappear, but it stopped. We were in there throughout the day, and never did go to (inaudible). The advantage for me was I could be here near where the problems were and I had full communications from the area -- to the president and the vice president, the secretary of state. I guess he was out of the country, wasn't he? It was the deputy.

Q: In the interest of time I'm going to move you along. I'm sorry if I seem rude -

Rumsfeld: Not at all.

Q: This is a question that's been asked by many Americans, but especially by the widows of September 11th. How were we so asleep at the switch? How did a war targeting civilians arrive on our homeland with seemingly no warning?

Rumsfeld: There were lots of warnings. The intelligence information that we get, it sometimes runs into the hundreds of alerts or pieces of intelligence a week. One looks at the worldwide, it's thousands. And the task is to sort through it and see what youcan find. And as you find things, the law enforcement officials who have the responsibility to deal with that type of thing -- the FBI at the federal level, and although it is not, it's an investigative service as opposed to a police force, it's not a federal police force, as you know. But the state and local law enforcement officials have the responsibility for dealing with those kinds of issues. They [find a lot] and any number of terrorist efforts have been dissuaded, deterred or stopped by good intelligence gathering and good preventive work. It is a truth that a terrorist can attack any time, any place, using any technique and it's physically impossible to defend at every time and every place against every conceivable technique. Here we're talking about plastic knives and using an American Airlines flight filed with our citizens, and the missile to damage this building and similar (inaudible) that damaged the World Trade Center. The only way to deal with this problem is by taking the battle to the terrorists, wherever they are, and dealing with them.

Q: Please briefly explain to our readers why it's not enough just to get bin Laden and al Qaeda. Why this threat ought to extend beyond that.

Rumsfeld: Well, because they have trained any number of people that are spread all across the globe, but there are a number of terrorist networks in a number of countries that have harbored terrorists, and to deal with one and ignore the rest would be to misunderstand the nature of the problem. There is a correlation, really, between the countries that sponsor terrorism, and the countries that have been weaponizing chemical and biological, and they're working diligently to develop nuclear capability for the most part. Not in each case. But that nexus is something that ought to be of concern to people. Were that connection to occur, obviously you're talking not about thousands of people, but hundreds of thousands.

Q: What it sounds like you're saying too in this process then is that we're going to need to address Iraq's weapons of mass destruction, particularly in the light of even the evidence that with inspectors Saddam continued to build his arsenal through the 1990s and now we don't know what exactly has happened. Is that going to be a top priority as well?

Rumsfeld: Those are decisions for the president, but he has been very clear that he is deeply concerned about the problem of terrorism. He is going to find terrorists and keep them out and root them out, and he's going to create an environment that suggests to countries that are harboring them that they ought to stop.

Q: Unlike some of our previous conflicts abroad, a lot of our efforts at the moment are concentrated in a part of the world where portions of the population are hostile to us, both allies and enemies. A Washington Post editorial spoke pretty eloquently to this subject yesterday.
Can you talk a little bit about your thoughts about the balance we have to strike between the politics of the reason, even some of the propaganda that exists in the region, and our own security interests?

Rumsfeld: We have to look at our security interests for sure. Given the lethality of weaponry today and the proliferation of those technologies, we have no choice. By the same token we have to be sensitive that there are inevitably going to be at least the potential for secondary effects or non-intuitive threats that could occur. Some of those can be advantageous. That is to say people can change their ways, or theremay be new alignments where we share common problems, that our relationships with people three, four, five years down the road might be notably different than they were previously, for the good. By the same token, to go to the heart of your question, you're right. It is important that we do everything humanly possible to do what we must do in a way that is sensitive to our many allies in the region and the problems they have because of, to use your words, the propaganda that is being put forward by terrorists. This effort clearly has nothing to do with any religion, it has nothing to do with any race, it has nothing to do with any particular country. It has to do with terrorists and terrorist networks. In the case of Afghanistan they've pretty well taken over the country. But not totally.

Q: In hindsight, might the last decade be called the decade of neglect? We didn't even maintain spare parts for our military planes. What lessons should we as a people and our political leaders learn from the 1990s?\par

Rumsfeld: You're correct. They called it a procurement holiday, which is a euphemistic way of characterizing starving the defense establishment from needed capabilities. The lesson is a lesson that it's a shame, but we really ought not to have to keep learning it. One would think we would be wise enough as a people to learn from history and to know that today we're spending a very modest percentage of our gross domestic product on defense. When a crisis occurs we suddenly say oh, my goodness, we can spend all we need to. Well, of course we can. But the thing to do is to spend it when you don't need to. Then you don't have to spend as much. Then it's the deterrent effect and the capability effect that you have that dissuades people from doing things like this. But to the extent you get relaxed and say well, my goodness, there's no real threat today, we can not worry about things, and allow your investment to decline, you thenfind that you have to increase it more than you otherwise would have and you have to do it because of a crisis. I guess Benjamin Franklin or somebody said that necessity is the mother of invention, but this country can afford to spend anything it needs toon our national security. When I first came to Washington in the Einsenhower/Kennedy years, we were spending 10 percent of our gross domestic product on national security. When I was here as secretary of defense some 25 years ago, it was 7, 6, 5, percent, in that range, as I recall.Now it's down in the 2.8 or 9 percent. We are perfectly capable of spending whatever we need to spend. The world economy depends on the United States [contributing] to peace and stability. That is what underpins the economic health of the world, including the United States. To think that we want to skim on our national security and put in jeopardy the world economy, put in jeopardy our economic circumstance in this country it's so short sighted and so immature and reflects a lack of a capability to understand history.

Q: Looking forward as well as looking back, you've been very forward looking in your plans for the RMA. Now we're looking at transforming the military under duress and in an accelerated timeframe in a conflict. How do you prepare for the next war while youfight this one?

Rumsfeld: You're looking for bumper stickers.

Q: No, not bumper stickers. You can go more in depth than that. We can handle it.\par

Rumsfeld: Well, one would hope our country would be wise enough to do it skillfully, but what we have to do is not look at existing threats, meaning countries or people. We need to look at capabilities. The kinds of capabilities that exist across the globeand that are revolving and spreading. So rather than having a threat-based strategy we have fashioned a capability-based strategy that says we can't know of certainly knowledge where a specific threat will come from or when it will come because capabilities are so widely disbursed today. But we can expect those threats to come, and we can make a reasonably good estimate as to what kinds of capabilities we will need to deter and defend against those threats when they do occur, regardless of where they come from. It was a paradigm shift in thinking that has been lost as a result of these terrorist attacks. But it is a significant conceptual transition or paradigm shift for our country that has taken place.

Q: Bioterrorism is threatening a lot of Americans. How serious is this threat? Do we need a new Manhattan style project to deal with this? Are there other asymmetrical threats that you're more concerned about? And then one little tag on the end of that, given the concentration of political, government, and military leadership in Washington, how safe is this city in particular?

Rumsfeld: I worry about all the asymmetrical threats. One must do so. We know there are not significant armies, navies and air forces that can [test] us. Now one of the reasons there aren't is because we have capable armies, navies and air forces, and thatdissuades people from thinking that that could be an asymmetrical advantage for them if we lacked a Navy or an Army or an Air Force. Now therefore, what do they do? They go to the seams. They look for ways that they can advantage themselves using our technology, our capabilities, because of proliferation, things that we have pioneered, and for which we do not have ready defenses, and those are the ones you mentioned. They are terrorism, they are ballistic missiles, they are cruise missiles, they're weapons of mass destruction, chemical, biological, and nuclear, and cyber attacks potentially. I mean of all the countries in the world, we are more dependent on space and more dependent on information technology than any nation on the face of the earth, and they're all, they all represent weaknesses, if you will -- strengths on the one hand, but weaknesses on the other, because we have not hardened ourselves against those kinds of threats. In the case of terrorism, because it's so difficult to do; in the case of -- We're working on cruise missiles and ballistic missiles, but there's been some sort of a battle in our country on the issue for many years, which has delayed and impeded progress.With respect to cyber warfare and weapons of mass destruction, those are things that are going to take a great deal more effort on our part. And homeland defense clearly was part of our defense strategy review well before the September 11th attack for thevery reason that you suggested in your question, because of these asymmetrical attacks. I'm talking as fast as I can.

Q: You're doing a great job. You're making life much easier.
Mr. Secretary, what goes through your mind when you commit American troops to war?

Rumsfeld: Well, if you're going to put people's lives at risk you better have a damn good reason.

Q: If things become difficult in this war -- it looks like it's going to be long, if there are setbacks or losses, what will you turn to for strength? What are you drawing strength from now?

Rumsfeld: Say that again.

Q: If this war becomes increasingly difficult, lasts for a long period of time, if there are setbacks or losses as there almost always are in most wars, what will you turn to for strength? What will you draw upon? And is there anything in particular that you're drawing upon already now?

Rumsfeld: Well, I guess you'd say the United States of America represents something so important to the world, our way of life, our free way of life. If one looked down from Mars on earth you would find that only a handful of countries are really capable of providing for their people, and where the people provide for themselves. That is to say where the political and economic structures are such that the maximum benefit for the most people is achieved. That is a big idea. That is something that is important. And we have to see -- if you care about human beings across the globe, you have to care that that example and that model, that engine for prosperity that benefits not just the people in our country but people across the globe, succeeds. And in a world where, as human beings we know that people are imperfect and there are a lot of people who are, for a variety of reasons, engaged in doing evil things. And vicious things. And lethal things. Therefore, if we value that and if we value the people of the United States, there's no question but that we have to be willing to defend that way of life and to do that, people have to voluntarily put their lives at risk. Thank goodness we've got wonderful people, men and women in the armed services, who are willing to do that.

Q: Finally, one last question. Many people today shun public service, avoid public office. Why serve? Why did you choose to serve again?

Rumsfeld: I guess I had a practice of that over the decades. That plaque says, "Fighting for the right is the noblest force the world [affords]." (inaudible).

Q: I need to wait for the photographer to come in. Are there any special challenges that we're facing as a nation as part of this war? Something that you think the American people need to be aware of?

Rumsfeld: There is one. Throughout our history, free people are free to be wise, and to be unwise. That's part of what freedom is. We've concluded that it's better than philosopher kings or dictators. If that's the case and one looks at our history and knows that that's the case, that means we can make mistakes, and if we're what, 260 or 70 years old, 80 years old as a country, we know we've made some mistakes. We've behaved in ways that have allowed crises to turn into conflicts through inattention, by thinking something was improbable, like the Japanese attack on Pearl Harbor; by saying something that led people to believe it was okay for them to do something like invade Korea. We survived all of that in reasonably good form. There's been a lot of loss of life in human treasure as well as material treasure. But that was a different period. That was before weapons of mass destruction. We do not have that, what do you call it, a margin for error?

Q: That luxury.

Rumsfeld: Yeah. We don't have the luxury of making a mistake that big today. We have to be sufficiently -- We have to behave to a higher standard as free people. We are not as free to be as inattentive as we have on occasion been in the past. We're not as free to make a misjudgment as to what's probably or not probable because if we do make that mistake instead of hundreds of people or thousands of people, it's hundreds of thousands of people and potentially millions of people. That's (inaudible).

Q: Mr. Secretary, thank you very much. It was fascinating.
I have something quickly for you from my husband who I think you know. The president loved the book as (inaudible) and Secretary Cheney (inaudible) on Saturday night for dinner, and we wanted you to have a copy. I don't know when you'll get the time, but --

Rumsfeld: Am I allowed to accept this?


Q : La plupart d'entre nous sont programmés pour quitter un bâtiment enfumé. Qu'est-ce qui vous a incité à aller vers le feu, ici, il y a un peu plus d'un mois, et qu'est-ce qui vous a traversé l'esprit ?

Rumsfeld : Eh bien, j'étais assis ici quand le bâtiment a été frappé et qu'on a ressenti très nettement l'impact. Je ne sais pas ce qui m'a poussé à faire tout ce que j'ai fait, pour être honnête avec vous. J'ai agi instinctivement, tout simplement. J'ai regardé par la fenêtre et je n'ai rien vu ici, puis je suis descendu dans le hall jusqu'au moment où la fumée a été trop épaisse, puis je suis descendu par un escalier, je suis sorti et j'ai vu ce qui était arrivé. J'ai demandé à quelqu'un qui avait vu, et il m'a dit qu'un avion avait percuté le bâtiment. J'avais appris qu'un avion avait frappé le World Trade Center, et j'ai vu des gens sur la pelouse, et nous avons simplement, nous avons essayé de les mettre sur des brancards, puis nous les avons emportés vers la route, nous les avons fait passer par-dessus le grillage de façon que les gens qui étaient là puissent les mettre dans des ambulances. J'étais dehors depuis un moment, et les gens ont commencé à se rassembler et on a pu avoir d'autres gens pour le faire, pour tenir les IV (flacons d'intraveineuses des perfusions ou des transfusions - NDT). Il y avait des gens sur la pelouse avec les vêtements déchirés et des brûlures sur tout le corps. A un moment donné, j'ai décidé qu'il fallait que je sois ici à réfléchir à ce qu'il fallait faire, parce qu'on a le cerveau qui commence à relier les choses entre elles et qu'il y avait assez de gens là-bas pour s'occuper de ça [des secours]. Je suis revenu ici, je suis entré dans ce bureau. Il y avait de la fumée partout.
Nous avons fait le point de l'endroit où devaient être les gens. Le Président [du comité des chefs d'états-majors, c'est à dire le chef d'état-major des armées selon la terminologie française] était en ville, donc il n'était pas avec nous. Le vice-président était avec moi. Mon adjoint avait été envoyé ailleurs. A un endroit donné, c'est devenu trop mauvais [sans doute les conditions de circulation dans la bâtiment du Pentagone] et nous sommes entrés dans une pièce à trente mètres d'ici, dans ce bâtiment, dans le même secteur mais par là-bas, et qu'on pouvait fermer hermétiquement. Mais il s'est avéré qu'on ne pouvait pas l'isoler des fumées etc. Nous sommes revenus ici et on a continué à nous dire qu'il fallait évacuer tout le bâtiment, à l'exception des gens de mon équipe qui restaient pour m'aider et on continuait à me dire que je ferais mieux de sortir parce que ces gens sont obligés de rester tant que je suis présent, pour autant que je me souvienne. J'ai dit "Très bien, on fera ça au moment approprié". Ils ont pu éteindre suffisamment le feu et faire venir de l'air de telle sorte que la fumée a cessé d'épaissir. elle n'a pas disparu, mais elle a cessé d'épaissir. nous sommes restés ici toute la journée, nous ne sommes pas partis (inaudible). L'avantage pour moi c'était que je pouvais rester ici, où étaient les problèmes et que je recevais toutes les communications de la zone \endash avec le président [Bush], le vice président [Cheney], le secrétaire d'Etat. Il me semble qu'il était à l'étranger, n'est-ce pas? C'était son adjoint.

Q: Pour gagner du temps, je vais poursuivre. Pardonnez-moi si j'ai l'air un peu discourtois -

Rumsfeld : Pas du tout.

Q : il s'agit d'une question que posent de nombreux Américains, et en particulier les veuves du 11 septembre. Comment avons nous pu nous endormir sur le bouton, comme cela ? Comment un guerre qui vise des civils s'est-elle produite sur notre sol sans signe avant-coureur apparent ?

Rumsfeld : Il y a eu beaucoup des signes avant-coureurs. Le renseignement qui nous arrive, il afflue parfois par centaines de renseignements élémentaires par semaine. Si on considère l'ensemble du monde, c'est par milliers. Et tout le travail est de l'éplucher pour trouver ce qu'on peut en tirer. Et lorsqu'on y trouve des choses [intéressantes] les autorités responsable de l'imposition de la loi [en français on dit "sécurité et maintien de l'ordre"] sont chargées de réagir. Le FBI au niveau fédéral, et bien que ce ne soit pas, c'est un service d'enquête par opposition à un service de maintien de l'ordre, ce n'est pas une force fédérale de police [to police = faire observer la loi, par la force si nécessaire], comme vous le savez. Mais les autorités d'application de la loi, locales et au niveau des Etats, ont la responsabilité de traiter ces affaires. Il (le FBI) [a trouvé beaucoup de choses] et tous les efforts des terroristes ont été découragés ou battus en brèche grâce à une bonne collecte du renseignement et un bon travail de prévention (?...). Il est vrai qu'un terroriste peut attaquer n'importe quand,n'importe où en utilisant n'importe quelle technique et il est physiquement impossible de se défendre en permanence et partout contre toutes les techniques possibles. Là, nous parlons de couteaux en plastique et de l'utilisation d'un avion d'Américan Airlines transportant de nos concitoyens, et du missile qui a frappé ce bâtiment [celui où il s'adresse au journaliste, le Pentagone NDT] et (inaudible) similaire qui a frappé le World Trade Center. La seule façon de traiter le problème est de livrer bataille aux terroristes, où qu'ils soient, et de s'en occuper.

Q : S'il vous plaît, pouvez-vous expliquer brièvement à nos lecteurs pourquoi il ne suffit pas de capturer Bin Lâdin et Al Qâeida. Pourquoi cette menace devrait s'étendre au-delà ?

Rumsfeld : Eh bien parce qu'ils ont entraîné un grand nombre de gens qui se sont répandus sur toute la planète, mais il existe un nombre de réseaux terroristes dans un certain nombre de pays qui ont abrité des terroristes, et s'occuper d'un seul en ignorant les autres serait ne pas comprendre la nature du problème. Il y a une corrélation, vraiment, entre les pays qui soutiennent le terrorisme et les pays qui ont vectorisé les armes biologiques et chimiques, et ils travaillent avec diligence à mettre au point un capacité nucléaire pour la plupart d'entre eux. Pas toujours. Mais ce lien doit être une préoccupation pour nous tous. Si cette corrélation existe, on parle alors non plus de milliers de gens mais de centaines de milliers de gens.

Q : D'après ce que vous dites aussi, il semble que dans le processus en cours nous allons devoir nous occuper des armes de destruction massive de l'Iraq, en particulier à la lueur des preuves que malgré les inspections Saddam a continué à construire son arsenal au cours des années 1990 et que maintenant nous ne savons pas exactement ce qui s'est passé. Est-ce que c'est aussi une priorité majeure ?

Rumsfeld : C'est du ressort du président, mais il a été très net sur le fait qu'il est très soucieux de la question du terrorisme. Il va mettre la main sur les terroristes, les arrêter, les extirper et il va il va faire comprendre aux pays qui les hébergent qu'ils vont devoir cesser.

Q : A la différence de nos autres guerres extérieures, une grande partie de nos efforts du moment se concentrent dans une région du monde où des tranches de la population nous sont hostiles, qu'il s'agissent des alliés ou des ennemis. Un éditorial du Washington Post a évoqué ce sujet sans ambiguïté hier. Pouvez-vous nous parler un peu de ce que vous pensez de l'équilibre que nous devons garder entre la politique de raison, même si une certaine propagande existe à propos de cette région, et l'intérêt de notre propre sécurité ?

Rumsfeld : Nous devons évidemment prendre en compte l'intérêt de notre sécurité. Etant donné le caractère mortel de l'armement d'aujourd'hui et la prolifération de ces techniques, nous n'avons pas le choix. De la même façon, nous devons être conscients qu'il y aura pourra inévitablement se produire des effets secondaires et des menaces non intuitives. Certains seront bénéfiques. C'est à dire que les gens changeront de moyens, ou bien il y aura des nouveaux engagements où nous aurons à faire face à des problèmes communs, que nos relations avec les gens pourraient bien être différentes dans les trois, quatre ou cinq années qui suivront, ceci pour le bien. De la même façon, pour aller au coeur de votre question, vous avez raison. Il est important que nous fassions tout ce qui est humainement possible pour faire ce que nous devons faire de façon acceptable par nos alliés de la région et des problèmes qu'ils ont en raison de, j'utilise vos mots, la propagande mise en avant par les terroristes. Cet effort, n'a absolument rien à voir avec aucune religion, avec aucune religion, avec aucun pays en particulier. Il a trait aux terroristes et aux réseaux terroristes. Dans le cas de l'Afghanistan, ils ont relativement bien mis la main sur tout le pays. Mais pas entièrement.

Q : En arrière plan, est-ce la dernière décennie sera appelée celle de la négligence ? Nous n'avons même pas de pièces détachées pour nos avions de combat. Quels enseignements, nous citoyens et nos dirigeants, doivent tirer des années 1990 ?

Rusmfeld : Vous avez raison. Ils appellent cette période "les vacances des achats" ce qui est un euphémisme pour désigner l'étranglement du monde de la défense en matière des moyens dont ils ont besoin.
La leçon est une leçon honteuse, mais nous devons en tirer un enseignement. On pourrait croire que nous serons assez sages pour tirer des leçons de l'histoire et nous rendre compte de ce que nous dépensons un très faible pourcentage de notre produit intérieur brut pour la défense. Lorsqu'une crise éclate, nous nous disons soudain : Oh ! Mon Dieu ! Nous pourrions dépenser ce qu'il faut. Bien sûr, que nous pourrions. Mais la difficulté, c'est de dépenser de l'argent lorsque le besoin n'est pas évident. A ce moment-là, vous ne pouvez pas engager de dépenses. Et puis, l'efficacité de la dissuasion liée à votre capacité d'agir empêche les gens de se lancer dans dépenses de cette nature. Mais dans la mesure où on se relâche, où on se dit qu'il n'y a plus de menace, qu'on n'a plus à s'en soucier, quand on laisse baisser ses investissements, alors on découvre qu'il faut les augmenter davantage qu'on aurait eu à le faire, et qu'on doit le faire à cause d'une crise. il me semble que c'est Benjamin Franklin ou quelqu'un d'autre qui a dit que la nécessité est la mère de la créativité, mais ce pays a les moyens de payer tout ce dont il a besoin pour sa sécurité. Quand je suis venu à Washington pour la première fois dans les années Einsenhower/Kennedy, nous dépensions 10% de notre PIB pour la sécurité nationale. Quand j'étais ministre de la défense il y a quelque 25 ans, c'était 7, 6 ou 5%, quelque chose comme ça, d'après mes souvenirs. Maintenant ça a baissé 2,8 ou 2,9%. Nous sommes parfaitement capables de dépenser tout ce dont nous avons besoin. l'économie mondiale dépend de la contribution des Etats-Unis à la paix et la stabilité. C'est ce qui soutien la santé économique du monde, les Etats-Unis compris. Penser que nous voulons traiter à la légère notre sécurité nationale et mettre en danger l'économie mondiale, mettre en danger nos conditions économiques dans ce pays, est faire montre d'une vision à court terme, c'est très immature et cela reflète un manque de capacité à comprendre l'histoire.

Q : En regardant vers l'avenir comme vers le passé, vous avez été visionnaire dans vos plans pour la réorganisation des armées. Maintenant, il nous faut transformer les armées sous la contrainte et en une période où le temps s'accélère en une période de conflit. Comment préparez-vous la prochaine guerre tout en faisant celle-ci ? Brièvement.

Rumsfeld : vous cherchez la petite bête.

Q : Non, pas la petite bête. Vous pouvez entrer davantage dans le détail. Nous pouvons en parler.

Rumsfeld : Eh bien, on voudrait que notre pays soit assez sage pour agir avec adresse, mais ce que nous devons faire n'est pas de chercher les menaces existantes, c'est-à-dire des pays ou des peuples. Il nous faut faire attention à des potentialités. Les potentialités qui existent sur terre et qui tournent et se répandent. Ainsi, au lieu de suivre une stratégie fondée sur la menace, nous avons mis au point une stratégie fondée sur les capacités qui veut que nous ne pouvons pas être certains de l'endroit d'où une menace particulière va venir ou quand elle va surgir parce que les capacités son trop amplement répandues à l'heure actuelle. Mais nous pouvons nous attendre à ce que ces menaces se matérialisent, et nous pouvons faire une estimation raisonnable de quelles capacités nous auront besoin pour dissuader [les agresseurs] et pour nous défendre contre ces menaces lorsqu'elles se matérialiseront, sans nous occuper d'où elles viendront. C'est une évolution exemplaire de la pensée qui a été perdue à cause de ces attaques terroristes. Mais c'est une transition significative dans les concepts ou une évolution exemplaire pour notre pays qui a eu lieu.

Q : Le bio-terrorisme menace actuellement beaucoup d'Américains. Cette menace est-elle sérieuse ? Nous faudra-t-il un autre coup de Manhattan pour nous occuper de cela ? Y a-t-il d'autres menaces asymétriques qui vous préoccupe ? Et dernier petit point d'interrogation pour finir, étant donné la concentration d'autorités politiques, gouvernementales et militaires à Washington, où en est la sécurité dans cette ville en particulier ?

Rumsfeld : Je m'inquiète de toutes les menaces asymétriques. C'est ce qu'on doit faire. Nous savons qu'aucune force armée significative ne peut nous concurrencer. Maintenant, l'une des raisons pour qu'il n'y en ait pas c'est que nous avons des forces armées efficaces et que cela dissuade les gens de croire qu'ils auraient un avantage asymétrique s'il nous manquait une marine, un armée de terre ou une armée de l'air. Donc maintenant, que font-ils ? Ils cherchent là exoloiter ce que nous avons construit. Ils cherchent des moyens qui puissent leur donner l'avantage en se servant de nos techniques, de nos capacités, en raison de la prolifération, des choses que nous avons mises au point, pour lesquelles nous n'avons pas de défenses toutes prêtes et ce sont celles dont vous venez de parler. Ce sont le terrorisme, les missiles balistiques, les missiles de croisière ce sont les armes de destruction massive, chimiques, biologiques et nucléaires, et potentiellement les attaques cybernétiques. Je veux dire que de tous les pays au monde, c'est nous qui dépendons le plus de l'espace et des techniques de l'information, plus que tous pays à la surface de la terre, et ce sont tous, tous sont des faiblesses, si vous voulez ; une force d'un côté, mais des faiblesses de l'autre, parce que nous ne nous sommes pas protégé de ces genres de menaces. Dans le cas du terrorisme, parce que c'est très difficile ; dans le cas de... Nous travaillons sur les missiles de croisière et les missiles balistiques, mais il y a eu une polémique sur ce sujet dans notre pays depuis plusieurs années, ce qui a retardé et empêché le progrès. En ce qui concerne la cyber guerre et les armes de destruction massive, c'est le genres de choses qui va nous demander beaucoup d'efforts. Et la défense de notre patrie fait partie intégrante de la révision de notre stratégie bien avant l'attaque du 11 septembre pour la simple raison que vous avez suggérée dans votre question, à cause de ces attaques asymétriques. Je parle aussi vite que je le peux.

Q : Vous faites un travail magnifique. Vous nous facilitez la vie. M. le Ministre, à quoi pensez-vous lorsque vous envoyez des soldats américains au combat ?

Rumsfeld : Eh bien, quand on va mettre en danger la vie des gens, on a intérêt d'avoir une sacrément bonne raison.

Q : Si les choses deviennent difficiles dans cette guerre... il semble qu'elle va durer, s'il y a de revers ou des pertes, comment allez-vous considérer l'usage de la force ? Que tirez vous de la force, à partir de maintenant ?

Rumsfeld : répétez-moi ça.

Q : Si cette guerre devient de plus en plus difficile, si elle dure longtemps, s'il y a des revers ou des pertes comme il y en a presque toujours dans la plupart des guerres, comment considérerez-vous l'usage de la force ? Qu'allez vous préparer ? Et est-ce que vous avez d'ores et déjà prévu quelque chose de particulier ?

Rumsfeld : Bien, je pense que vous admettez que les Etats-Unis d'Amérique représentent quelque chose de très important pour le monde, pour notre mode de vie, pour notre liberté. Si quelqu'un observe la Terre depuis Mars il découvrira qu'il n'existe qu'une poignée de pays ayant vraiment la possibilité de faire vivre leur peuple et où les peuples sont capables de subvenir à leur besoins. C'est à dire où les structures économiques et politiques sont elles que le bien de la majorité des gens est assuré. C'est une grande idée. C'est important. Et nous devons voir... si on tient compte des êtres humains sur la terre, on doit avoir soin que cet exemple et ce modèle, ce moteur de prospérité qui profite non seulement au gens de notre pays mais encore à toute la planète, réussisse. ( en clair : ce qui est bon pour les Etats-Unis est bon bon le reste du monde ) Et dans un monde où, en tant qu'êtres humains, nous savons que les gens ne sont pas parfaits et où beaucoup de gens sont engagés, pour diverses raisons, dans la voie du mal. Et dans des choses mauvaises. Et dans des choses qui tuent. Donc, si nous accordons de la valeur [à nos conceptions], et si nous accordons de la valeur au peuple américain, nous ne pouvons pas ne pas vouloir défendre ce mode de vie et, pour ce faire, des gens doivent risquer volontairement leur vie. ( des gens vont devoir risquer leurs vies pour défendre le mode de vie américain ) Dieu merci, nous avons des gens magnifiques, hommes et femmes, dans nos forces armées, qui sont prêts à le faire ( mais pas nous, bien sûr, ni nos proches. On est pas idiots à ce point )

Q : Enfin, une dernière question. Beaucoup de gens de nos jours fuient le service public, évitent les emplois publics. Pourquoi servir ? Pourquoi avez-vous choisi de revenir aux affaires publiques ?

Rumsfeld : Je pense que j'ai fait ça pendant des décennies. Cette plaque porte inscrit "Se battre pour le droit est la force la plus noble que le monde [puisse s'offrir]". (inaudible).

Q : il faut faire une pause pour que le photographe entre. Existe-t-il des défis particuliers que nous devions relever en tant que nation en raison de cette guerre ?

Rumsfeld : Il y en a un. Tout au long de notre histoire, les gens libres sont libres d'être sages ou non. Cela fait partie de la liberté. Nous avons décidé que cela vaut mieux que [suivre]des rois ou des dictateurs philosophes. Si c'est le cas et qu'on regarde notre histoire en sachant que c'est le cas, cela veut dire que nous pouvons commettre des erreurs, et si nous avons, quoi, 260, 270, ou 280 ans d'âge en tant que pays, nous savons que nous nous avons commis quelques fautes. Nous nous sommes conduits de façon à laisser des crimes évoluer en guerres par manque d'attention, en croyant que quelque chose était improbable, comme l'attaque japonaise sur Pearl Harbour, en disant des chose qui ont conduit les gens à penser que c'était bon pour eux de faire quelque chose comme envahir la Corée. Nous avons survécu à tout cela en raisonnablement bonne condition. Il y a eu beaucoup de pertes en vies humaines et en matériel. Mais c'était une autre époque. C'était avant les armes de destruction massive. Nous n'avons pas, comment dire, de marge d'erreur ?

Q : C'est un luxe.

Rumsfeld : Ouais. Nous ne pouvons pas nous payer le luxe de faire une telle faute aujourd'hui. Nous devons être assez... Nous devons atteindre des critères plus élevés en tant que peuple libre. Nous ne sommes pas assez libres pour nous permettre de ne pas faire attention à certaines choses comme nous l'avons fait dans le passé. Nous ne sommes pas assez libres pour nous permettre de faute de jugement sur ce qui est probable ou non parce que si nous faisons cette erreur, ce seront plusieurs centaines de milliers de gens et peut-être des millions de gens et non plus des centaines ou des milliers. Que (inaudible).

Q : M. le Ministre, je vous remercie. C'était passionnant. J'ai, très vite, quelque chose pour vous, de la part de mon mari que vous connaissez, je pense. Le président a aimé ce livre comme (inaudible) et le Secrétaire Cheney (inaudible) samedi soir au dîner, aussi, et nous souhaitions que vous en ayez un exemplaire. Je ne sais pas quand vous aurez le temps de le lire, mais...

Rumsfeld : Je ne sais pas si j'ai le droit d'accepter...


Sommaire de l'ensemble des pages consacrées au "Pentagate"_

Retour vers Nouveautés                  Retour vers Guide                  Retour vers page d'Accueil