Pour les 7 à 77 ans :

Dès maintenant, vous pouvez passer commande en envoyant un chèque.

19 euros, port compris, pour la France Métropolitaine
20 euros, port compris, pour la France d'Outre Mer
21 euros pour les autres pays de l'Union Européenne, et la Suisse.
23 euros pour les autres pays.

Jean-Pierre Petit BP 55 84122 Pertuis

ou en passant par PAYPAL :

Port compris

Le paypal vous permet de commander plusieurs exemplaires

 

Le premier chapitre

Dans la presse :

Les deux premier chapitres

abondamment illustré

A la nuit tombante, un grand requin tigre attaque et fait chavirer une barque de pêcheurs. Un jeune enfant tombe à l'eau, que ses parents ne parviennent pas à récupérer et qu'il croiront mort. Lui, s'accroche à l'aileron d'un dauphin qui passe, qui appartient à un étrange clan, lequel a établi son refuge dans l'embouchure d'une rivière souterraine (identique au trou de Port Miou, dont l'entrée se situe dans la calanque du même nom, entre Marseille et Cassis, que j'ai exploré à la fin des années cinquante, et que je connais comme ma poche).

L'enfant, Pichoun Peï (en Provençal "petit poisson") est recueilli par un couple de dauphins, "Père et Mère dauphin", et habite avec eux dans un diverticule de la grotte, qui possède une partie hors d'eau, une poche d'air (comme c'est le cas à Port-Miou). Le tigre, accompagné de son valet, un rémora, vient réclamer sa proie, en vain. Le lendemain l'accueil du gamin au sein du clan est discuté. Celui-ci prend place sur le rocher du conseil, éclairé par la lumière qui tombe de l'aven. Une orque et un vieux morse auquel il manque une défense, se portent garants pour lui. Ce petit d'homme sera racheté au prix d'un poisson lune.

Ils lui font découvrir tous les secrets de la mer. Le morse lui apprend le langage de tous les habitants de la jungle sous-marine, depuis celui du poisson coffre jusqu'à celui des grandes baleines bleues, qui croisent au large.

Mais l'enfant succombe aux flatteries du peuple sans loi, celui des poulpes, qui décident un jour de l'enlever et de l'emmener aux "grottes de fer", les restes d'un cargo échoué sur un récif. Il est enfermé dans le gaillard d'avant, émergé. Ce que souhaitent les poulpes : qu'il leur montre comment remettre ce navire en marche, pour qu'ils puissent partir à la conquête du monde et devenir le peuple le plus important de la jungle.

Prévenu par un ami goéland, l'orque et le morse entreprennent de délivrer leur protégé. Mais les poulpes sont nombreux et le pont du navire se présente comme un champ de bataille problématique. Ils demandent alors de l'aide à Kraken, le calmar géant, qui ne remonte des profondeur que la nuit. A l'issue d'un terrible combat le petit prisonnier est libéré, tandis que Kraken entame une danse qui pétrifie les poulpes avant qu'il ne les dévore.

Les années passent. L'enfant grandit. Entre temps le requin tigre s'est constitué une cour parmi les jeunes dauphins, qui n'écoutent plus l'enseignement du morse. Le chef du clan vieillit. Un jour, celui-ci rate sa proie et ne peut plus, de ce fait, continuer de diriger le clan. Le tigre se pose en prétendant.

L'orque et le morse disent à Pitchoun Peï : "Nous, nous ne pourrons que nous battre. Toi, tu peux faire quelque chose. Va au village et ramène la longue dent. C'est la seule chose que craint le grand rayé".

Pitchoun Peï descend au village de pêcheurs, non loin de là, et dérobe une de ces longues lances, c'est à dire un harpon muni d'une pointe de pierre taillée. Quand le Tigre se présente au Conseil, il lui loge la pointe dans les ouïes et le déconsidère auprès du clan, en lui disant " bouge, ne serait-ce qu'une nageoire, et je te saigne sur place".

Le fait qu'un large partie des jeunes dauphins aient suivi le Tigre plonge l'ensemble du clan dans le désarroi. Tous se dispersent. Chacun part de son côté. Pitchoun Peï décide d'aller vers ses semblables. Là, une femme prétend reconnaître là le fils qu'elle a perdu, jadis. Pitchoun Peï, devenu adolescent, est admis par le Conseil du village et se rend utile en désignant les lieux où se trouvent les bancs de poisson, ou en récupérant les ancres de pierre perdues.

Il écoute, amusé, les récits fantastiques de Gideo, le plus vieux pêcheur du village, qui décrit avec force détails les fonds marins qu'il prétend connaître.

Un jour ses frères dauphins l'avertissent. Le requin tigre est de retour. Il est revenu dans l'intention de le tuer. Mais Pitchoun Peï lui tendra un piège, et c'est lui qui viendra à bout de son redoutable ennemi.

Gidéo survient, sur ces entrefaites, et prétend que la dépouille de ce requin lui appartient, et que cette capture, de la part de Pitchoun Peï , n'est qu'un accident. Pichoun Peï reçoit l'aide de ses frères dauphins pour ramener Gidéo à la raison. Celui-ci, terrifié, pense que Pitchoun Peï est un sorcier et menace de le dénoncer au village. Pitchoun Peï comprend le danger. Il fait au vieux pêcheur la proposition suivante : celui-ci conservera les ailerons, dont il tirera un bon prix et pourra, en prime, raconter que c'est lui qui a tué le requin géant. Pitchoun Peï ne conservera que la mâchoire, qu'il s'était juré, un jour, de poser sur le rocher du conseil.

Vous découvrirez la suite du récit. Je vous en laisse la surprise. C'est une belle histoire, que j'ai pris plaisir à écrire. Tous les jours, j'écrivais un nouveau chapitre que je lisais à Jie, avant qu'elle ne s'endorme. Je crois qu'on en ferait un superbe dessin animé.